• "Je suis allé voir"

    « Under the silver lake » narre une intrigue assez sinueuse qui est prétexte à un hommage dense au Cinéma. C'est donc truffé de références et je ne suis pas du tout certain de les avoir toutes repérées. Ce jeu de piste est assez long mais se laisse regarder plaisamment. Je trouve qu'Andrew Garfield a des airs de Harrison Ford jeune. La musique rappelle souvent celles des films noirs américains des années 1940/1950.

     

     

    «Le poirier sauvage » nouvel opus de Nuri Bilge Ceylan déploie sur plus de 3 heures ses ambiances nimbées de lumière dorée et nourries de dialogues denses, dressant un état des lieux de la société turque, par le biais d'une histoire familiale dont le personnage principal va se frotter à quelques désillusions, cependant rédemptrices. Le temps s'étire, mon attention s'en est trouvée fortement mise à contribution et j'admets que ce cinéma est exigeant. De cette œuvre forte et belle, que celle de Ceylan, ma préférence va à Winter Sleep, son film précédent.

     

    « Une pluie sans fin » est encore (et c'est tant mieux) un premier film d'une maîtrise remarquable. Dong Yue est son réalisateur, chinois de bientôt 42 ans, qui installe un climat, si je puis dire, de plus en plus cauchemardesque. Les décors y sont pour beaucoup et la transformation de la société chinoise (le film se déroule entre 1997 et 2008) est perceptible. La BO vient appuyer cette ambiance de quasi fin du monde.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :