• "Je suis allé voir"

    « Le lac aux oies sauvages » film chinois de Diao Yinan. J'avais vu en 2014 « Black Coal » de ce même réalisateur et je l'avais aimé. Le cinéma Est asiatique, particulièrement en Chine, Corée du sud et Japon est très dynamique et nous offre des films intéressants. Si le cinéma japonais est connu des cinéphiles depuis assez longtemps à travers des cinéastes restés présents dans notre mémoire : Ozu, Mizogushi, Kurosawa... il me semble que c'est différent pour les cinémas chinois et sud coréen qui n'occupent les écrans français d'une façon régulière et large que depuis quelques années, en tout cas en matière de polars ou de films à caractère social. Nous enrichissons ainsi de manière plus ample notre culture cinéphile.

    Concernant « Le lac aux oies sauvages », je dois dire que j'ai été plus sensible à l'esthétique de ce film qu'à l'intrigue. Diao Yinan compose de très beaux plans dans lesquels la couleur tient un rôle important. Le travail sur la bande son est aussi remarquable. J'ai cependant trouvé les personnages un peu désincarnés, ce qui a certainement amoindri l'émotion ressentie. Mais, je le dis à nouveau, les images sont superbes et n'est-ce pas la raison première du cinéma que de nous donner à voir ce que notre quotidien ne nous montre pas toujours, à savoir la beauté fusse-t-elle teintée de violence (cinématographique bien entendu!), comme dans ce film ?

    Une scène, quasi « remake » d'un extrait du Samouraï de Jean Pierre Melville rend un bel hommage à ce grand cinéaste français disparu en 1973.

     

     

     

    « Les siffleurs » film roumain de Corneliu Porumboiu. Je suis sorti de la vision de ce film enthousiaste ! Tous les ingrédients du polar noir sont présents : flic impassible, femme fatale (ou presque), mafieux... Mais Porumboiu traite cette histoire dont il est l'auteur avec une absurdité des plus réjouissante ! Un humour décalé participe grandement au plaisir éprouvé et l'illustration musicale accompagne malicieusement les images. Catrinel Marlon (rôle féminin principal) est très belle et Vlad Ivanov très bon dans la peau du flic fatigué...

    Le cinéma roumain, dans un pays assez pauvre, vit un renouveau depuis quelques années, et est bien visible en France pour qui possède une curiosité cinéphilique. « Les siffleurs » s'inscrit pleinement comme un film à voir, à l'Alhambra bien entendu !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :